Bandeau
Les Archives André Arru
Slogan du site
Descriptif du site
"L’Unique et sa propriété de Max Stirner" par René Saulière (dit André Arru)
présentation par Aristide Lapeyre
Article mis en ligne le 30 octobre 2008
dernière modification le 29 janvier 2009
logo imprimer

Il existe deux textes d’André Arru sur Max Stirner.

Le premier, "L’Unique et sa propriété de Max Stirner", sous la signature de René Saulière, et avec une préface d’Aristide Lapeyre, parut en brochure en 1939 aux Editions Lucifer, Bordeaux, d’après une causerie sur le même sujet faite par André en 1938 dans le cadre de l’Ecole Rationaliste (voir « Hier », rubrique "Textes autobiographiques, témoignages").

La brochure de 1939, taille 173 x 120 mm

On trouvera le second (écrit en 1988) dans cette même rubrique, sous le titre « Cinquante ans après ».
Voici donc le premier de ces textes, précédé de la présentation faite par Aristide Lapeyre.

Préface [1]

Max Stirner, de son vrai nom : Johann-Caspar Schmidt, naquit à Bayreuth, le 25 octobre 1806.
Il fit ses humanités au gymnase de cette ville, alors très florissante, puis étudia la philologie et la théologie à l’académie de Berlin (1826-1828), où il suivit les leçons de Hegel, Boeckh, etc.
Après un voyage d’une année en Allemagne, il se livre à l’études des sciences philosophiques jusqu’en 1833.
Il se marie en 1837, devient veuf six mois après ; entre comme professeur dans un institut privé, en 1839.
Il publie en 1842-43, quelques articles de philosophie sociale sous ce pseudonyme de Max Stirner.
Il se remarie en 1843 et la vie semble maintenant lui sourire.
En 1844, paraît à Leipzig, chez l’éditeur Otto Wigand L’Unique et sa propriété . Stupeur, scandale, censure.
Jeté à la porte de l’institution où il enseignait, la gêne s’installe au foyer, en vain son éditeur lui donne quelques traductions, la vie est trop dure, sa femme le quitte en 1846.
Emprisonné pour dette en 1852 et 1853, Max Stirner, auteur de l’immortel L’Unique et sa propriété , meurt, loin de tous, le 25 juin 1846, âgé de quarante neuf ans et huit mois.
Aristide Lapeyre

L’Unique et sa propriété

L’Unique est un monument de 450 pages dont chacune apporte un enseignement nouveau. John Henry Mackay, celui qui a reconstitué pas à pas la vie de Max Stirner, a déclaré :
« Comme l’inépuisable richesse de « l’ Unique et sa Propriété », se rit de toute description, il s’ensuit que la restitution de son contenu sous une forme schématique est littéralement impossible. »

Ceci ne vise donc pas à être un résumé de cette œuvre, mais simplement à donner un aperçu, une petite idée de son intérêt. Je crois, pour ma part, qu’il n’est possible de saisir la portée totale de L’Unique qu’en l’ étudiant avec une attention soutenue, du début à la fin. La lumière souvent brutale, aveuglante des conceptions de Stirner oblige à revenir en arrière, à disséquer ses écrits, à rechercher et fouiller son idée. Il faut aussi très souvent arrêter la lecture et chercher, derrière l’immense brouillard que la société a jeté entre notre cerveau et la réalité, le vrai jour de notre pensée. Il ne faut pas passer sur un doute : il faut l’approfondir. Ce travail est long et difficile, parfois même fastidieux, mais nous nous apercevons que peu à peu des idées confuses, des sentiments intraduisibles, des contradictions incompréhensibles, qui étaient en nous, se trouvent clairs, transposés, compris.

Stirner va dans la totalité de son ouvrage nous apprendre à donner une nouvelle estimation au mot « égoïsme », au Moi intégral.
[*Ce Moi va faire d’étonnantes choses : il va se confronter avec tous les milieux, avec toutes les formes de société.
Il va se prendre au collet avec tous les dogmes, doctrines, morales, qu’ils soient religieux, athées, bourgeois, socialistes ou communistes. Il va secouer, briser, détruire, anéantir tout ce qui le gêne, le limite, le circonscrit.
Et au fur et à mesure de ce carnage, il va gravir le piédestal d’où on l’avait chassé.*]

Je dégage pour ma part dans l’œuvre de Stirner, deux grandes intentions :
La première : de démontrer que l’individu n’a été et n’est encore que l’esclave d’entités ; qu’il ne s’appartient pas, mais qu’il appartient aux autres, qu’ils se nomment Dieu, Humanité, Devoir, Liberté, Vérité ou Etat.
La deuxième : de démontrer l’unicité de chaque individu et l’incompatibilité profonde existant entre cet unique et les sociétés de nos jours.

A ces deux intentions, j’ajoute une proposition touchant la forme de société qu’il envisage pour les « uniques », c’est-à-dire pour les « Moi » intégraux.

Nous allons examiner la première intention de Stirner : Voir qui nous possède et comment nous sommes possédés. Naturellement, je ne passerai pas en revue tous les dogmes, toutes les morales, toutes les sociétés ; je vais, simplement, prendre quelques cas et les exposer brièvement en restant dans le cadre de la pensée de Stirner.
« Examinez, dit-il, la façon dont se comporte aujourd’hui un homme moral, qui pense en avoir bien fini avec Dieu, et qui rejette le christianisme comme une guenille usée. Demandez-lui s’il lui est déjà arrivé de mettre en doute que les rapports charnels entre frère et sœur soient un inceste, que la monogamie soit la vraie loi du mariage, que la piété soit un devoir sacré, vous le verrez saisi d’une vertueuse horreur. Touchez à ces principes et la prison vous guette.  »
En effet, nous croyons souvent lorsque nous avons affaire à un sans-dieu que son esprit va être plus large, plus généreux, plus compréhensif et nous sommes étonnés, quelquefois abasourdis de retrouver les mêmes bornes, les mêmes barrières. Nous nous apercevons avec stupeur que ces libérés de Dieu sont les esclaves d’autres dieux ; seuls les noms ont changé.

Pour le reste, tout est pareil : le religieux déclare que Dieu défend l’inceste sous peine de démêlés graves au purgatoire ; l’homme moral, que nous pouvons nous représenter ici par le « Français moyen » ou par le « bon républicain d’avant-guerre », fait connaître que l’inceste est un crime passible de prison.

Dieu nous dit : « la polygamie est punie par l’enfer » ; l’homme moral répond : « la polygamie est passible du bagne ».
Dieu parle encore : « Respecte ma loi, mon effigie, mes rites, sinon je te châtierai ».

L’homme moral continue : « Soumets-toi à mes lois, à mes sbires, à mes juges, sinon mes geôles se refermeront sur toi ».
Il est facile de se rendre compte que les commandements de Dieu sont restés les commandements de l’homme moral.

Stirner pourra nous dire : «  la croyance morale n’est pas moins fanatique que la religieuse » ou encore dans un langage plus coloré : «  les moralistes ont tout passé dans le lit de la religion. » Quelques pages plus loin il complètera sa pensée : «  La crainte de Dieu proprement dite est depuis longtemps ébranlée et la mode est à un athéisme plus ou moins conscient, reconnaissable extérieurement à un abandon général des exercices du culte. Mais on reporte sur l’homme tout ce qu’on a enlevé à Dieu, et la puissance de l’humanité s’est accrue de tout de que la piété a perdu en importance … - L’Homme est le Dieu d’aujourd’hui, et la crainte de l’Homme a pris la place de l’ancienne crainte de Dieu. »

Prenons à présent un de ces grands mots que l’Humanité a placés au-dessus des hommes, un de ces mots à qui toutes les idées se réfèrent, l’appui, le point de départ de toutes les sociétés, l’excuse de tous les crimes : le Droit.
Il est mêlé à toutes les sauces. On dit : le droit divin, le droit canon, les droits de l’enfant, les droits de l’homme, le droit civique, la guerre du droit, etc.

« Lorsqu’on nous parle du Droit, nous dit Stirner, il est une question qu’on pose toujours : « Qui ou quelle chose me donne le droit de faire ceci ou cela ? » Réponse : Dieu, l’Etat, l’Humanité, etc. »

Ce Droit, c’est la loi. Nous n’avons que le droit qui nous est accordé.
Si je veux connaître mon Droit dans un différend, il faut que je m’adresse aux juges qui consulteront les lois pour m’accorder ou ne pas m’accorder le droit qui est inscrit sur les codes.
Ce droit n’est pas mon Droit, mais le droit que l’on me donne.
Si, pourtant, nous interrogeons l’Histoire, nous nous apercevons que le Droit a subi de nombreuses variantes et qu’il a toujours été lié à la force.

Pourquoi, par exemple, les serfs étaient-ils considérés comme sans droit ? Parce que les maîtres, les seigneurs étaient les plus forts et qu’ils ne voulaient pas leur en donner.
Pourquoi, ces mêmes esclaves proclamaient-ils en 1789, les « droits de l’homme et du citoyen » ? Parce qu’ils étaient alors les plus forts et qu’ils eurent la puissance de prendre ces droits.
Le Droit de vivre lui-même, n’est qu’une conséquence de notre puissance. Si la force nous manque, nous mourrons.
Le Droit n’est donc qu’une question de force, de puissance, mais non pas un état de fait transmissible et imprescriptible.
Le Droit se transforme suivant la puissance : plus tu es fort, plus tu as de droit.

Ainsi, lorsque l’esclave pensait à la révolte, il était dans son droit, parce qu’aucune force ne pouvait l’empêcher de penser, mais lorsqu’il clamait sa révolte, il cessait d’être dans son droit parce que les seigneurs plus forts que lui le contraignaient à se taire.
Actuellement la semaine de quarante heures est un droit des ouvriers, mais il y a deux ans, ce droit n’existait pas parce qu’ils n’avaient pas encore eu la force de le prendre.
Cependant les individus considèrent encore le Droit comme sacré, comme une loi naturelle ou divine que l’on implore mais que l’on ne s’arroge pas, ce qui fait dire à Stirner : « Ce sens du droit, cet esprit de justice, est si solidement enraciné dans la tête des gens, que les plus radicaux des révolutionnaires actuels ne se proposent rien de plus que de nous asservir à un nouveau Droit, tout aussi sacré que l’ancien.  »

[*Nous venons de voir l’individu sous la domination de la Morale, puis sous la domination du Droit, deux entités qui perdent leurs prérogatives lorsque les « Uniques » auront pris conscience de leur Unicité. Voyons à présent ce qu’une forme de société, l’Etat, va être pour l’individu.*]

« Un Etat, nous dit Stirner, se passe de mon entremise et de mon consentement ; je nais en lui, j’y grandis, j’ai envers lui des devoirs et je lui dois foi et hommage. Il me prend sous son aile tutélaire et j’y vis de sa grâce. Ainsi l’existence indépendante de l’Etat fonde ma dépendance ; sa vie comme organisme exige que je ne croisse pas en liberté, mais que je sois taillé pour lui, afin de pouvoir m’épanouir suivant sa nature ; il m’applique les ciseaux de la culture, il me donne une éducation et une instruction mesurées sur lui et non sur moi, et m’apprend par exemple à respecter les lois, à me garder d’attenter à la propriété de l’Etat (c’est-à-dire à la propriété privée), à vénérer une altesse divine ou terrestre, etc., en un mot il m’enseigne à être irréprochable, en sacrifiant mon individualité sur l’autel de la sainteté. Telle est l’espèce de culture que l’Etat est capable de me donner. Il me dresse à être un bon instrument, un membre utile à la Société. »

[*Ceci est une bonne description de la non-existence du Moi dans l’Etat. Nous sommes asservis par lui, qu’il soit monarchique, dictatorial, libéral, démocratique, socialiste ou communiste. Nous représentons pour l’Etat un bien, une propriété, une matière malléable et corvéable qu’il ne peut, sous peine de mort, sacrifier.
Que deviendrait l’Etat si nous ne nous soumettions plus à ses lois, ses juges, sa moralité, son autorité ? Il aurait tôt fait de disparaître.*]

L’Eglise en a fait la dure expérience. Lorsqu’une grande partie de ses sujets s’est insurgée contre sa domination, son prestige est tombé, son autorité a disparu et elle-même a failli disparaître. Actuellement elle est obligée pour subsister de faire des concessions, même à ses plus fidèles serviteurs, chose qu’elle n’aurait jamais faite du temps de sa puissance.
« Il est absolument indispensable à l’Etat, écrit Stirner, que nul n’ait de volonté propre ; celui qui en aurait une, l’Etat serait obligé de l’exclure (emprisonner, bannir, etc.) et si tous en avaient une, ils supprimeraient l’état. »
Il ajoute plus loin : « L’Etat ne poursuit jamais qu’un seul but : limiter, enchaîner, assujettir l’individu, le subordonner à une généralité quelconque.  »
En effet, une loi édicte le même droit ou devoir pour tous les citoyens, mais sans jamais tenir compte de l’individualité de chacun d’eux. Pour assurer cet assujettissement, l’Etat promulgue, en même temps que la loi, les sanctions qui condamnent celui qui la transgresse.
L’Etat ne s’occupera de moi que lorsqu’il craindra ma force, ce qui fait dire à Stirner : « L’Etat fera la sourde oreille jusqu’au moment où il croira nécessaire de m’apaiser pour prévenir l’explosion de ma redoutable puissance. Mais ces moyens d’apaisement dont il use en guise de soupape de sûreté sont tout ce que je peux attendre de lui. Si je m’avise de réclamer plus, l’Etat se retourne contre moi et me fera sentir ses griffes et ses serres. »

[*L’Etat n’est donc pour l’individu qu’un cortège de contraintes, que murailles de Chine infranchissables, qu’un prince autoritaire qui s’arroge le droit de propriété sur l’individu même, et qui, pour éviter les difficultés du gardiennage, inculque aux cerveaux les principes d’éducation, de morale, d’obéissance, de foi, qui assurent sa conservation. Ces principes sont les meilleurs anesthésiants de la pensée humaine.*]

J’arrêterai là l’étude de la première intention que j’ai prêtée à Stirner, faisant seulement remarquer que ses critiques sur les dogmes qui régissaient et qui régissent toujours nos sociétés, ont encore toute leur valeur malgré les cent ans d’existence que possède son ouvrage.

Je vais aborder à présent la deuxième intention qui est de nous démontrer que l’individu est un « Unique », qu’il ne peut être régi par des lois visant des généralités, qu’il est avant tout un « égoïste », qu’il l’a toujours été, et qu’il peut par l’intensification consciente de cet égoïsme, trouver le plein développement de son individualité ; qu’il est, par cette prise de conscience du moi, par cette unicité, égal en puissance à tout autre individu et qu’il peut donc traiter d’égal à égal avec lui, sans sentir sur sa tête le poids d’une autorité qu’il n’a jamais reconnue.

L’Etre, l’Individu est changeant par sa nature.
Il veut aujourd’hui ce qu’il ne voudra pas demain.
Il est aujourd’hui ce qu’il ne sera pas demain.
Il saura demain ce qu’il ne sait pas aujourd’hui.
Il faut donc, s’il veut être libre de lui, qu’il ne soit soumis à aucune loi qui régisse sa vie, qui le plie à une volonté autre que la sienne.
S’il n’attend plus de l’extérieur une idée, une vérité, une ligne de conduite, mais qu’au contraire, il prenne possession de Son idée, de Sa vérité, que sa ligne de conduite ne soit que ce qu’il veut qu’elle soit au jour le jour, il va à ce moment-là s’appartenir – être lui – être celui qui rapporte tout à lui : l’Egoïste, l’Unique.

« Des siècles de culture, écrit Stirner, ont obscurci à vos yeux, votre vraie signification et vous ont fait croire que vous n’êtes pas des égoïstes, que votre vocation est d’être des idéalistes, des braves gens. Secouez tout cela, ne cherchez pas dans l’abnégation une liberté qui vous dépouille de vous-même, mais cherchez-vous, vous-même, apprenez à connaître ce que vous êtes réellement et abandonnez vos efforts hypocrites, votre manie insensée d’être autre chose que ce que vous êtes. »

Il est certain que si nous interrogeons les faits, nous pouvons nous rendre compte que toujours il a été tenu compte de l’Egoïsme de chaque individu.

[*Jamais encore, aucune religion, aucun Etat, aucun groupe d’humains n’a pu se passer de promesses ou de récompenses.*]
Le paradis, les indulgences, la béatification, les sièges à la droite de Dieu sont pour l’Eglise le moyen d’amener les êtres à vivre suivant ses dogmes.
La retraite des vieux travailleurs, le repos bien gagné sont pour l’Etat les futurs dédommagements du citoyen obéissant.
Le grade, l’augmentation sont pour le patron la prime au rendement du travailleur.
Les diplômes, les costumes, l’argent, les galons, la gloire, la statue, la médaille, l’intérêt sont à la base de toute émulation.
Tout cela n’est que prime à l’égoïsme de chacun ; la morale seule n’a pas suffi : il a fallu l’appuyer sur un avantage matériel et individuel.

« Tous vos actes, tous vos efforts sont de l’égoïsme inavoué, nous dit Stirner, mais, comme cet égoïsme dont vous ne voulez pas convenir et que vous celez à vous-même ne s’étale ni ne s’affiche et reste inconscient, il n’est pas de l’égoïsme, mais de la servitude au dévouement, de l’abnégation. Vous êtes des égoïstes et vous ne le paraissez pas parce que vous reniez l’égoïsme. Et c’est précisément, vous qui avez voué ce mot égoïsme à l’exécration et au mépris, vous à qui il s’applique si bien.  »

Eh bien ! changeons de méthode. Affirmons-nous. Soyons des égoïstes. Proclamons- le bien haut, de manière que ceux qui viennent à nous sachent à qui ils ont affaire.
Faisons le bien parce qu’il nous plait de faire le bien, parce que c’est notre satisfaction ou parce que nous ferons échange avec autrui.
Soyons héros, parce que nous aimons la gloire ou parce que nous en tirons des avantages.
Payons nos satisfactions ; faisons payer celles que nous donnons aux autres.
Mais ne nous faites plus de chantage et n’attendez pas de nous, qui sommes des Uniques, que, parce que vous êtes des héros, il faille que nous vous adorions.
Non : nous sommes à égalité de puissance.
Si tu es Grand, je suis Petit ;
Si tu es Fort, je suis Faible ;
Si tu es Intelligent, je suis Bête ;
Si tu es Ingénieur, je suis Ouvrier.

Tous ces mots, et ce ne sont que des mots, ne méritent-ils pas de majuscules ?
Que m’importe si tu es fort, moi je sais courir, et ma vitesse égale ta force. Que m’importe si tu es intelligent, moi je suis rusé et ma ruse égale ton intelligence. Toi et Moi sommes donc des puissances.
Traitons-nous en puissances. Echangeons-les. Groupons-les, si c’est nécessaire. Mais n’acceptons pas de puissance autre que la nôtre.
Tout cela, Stirner nous l’explique avec force détails et exemples dans la deuxième partie de l’Unique, intitulée : Moi, et consacrée entièrement au développement de cette idée.

Si, dans sa première partie, Stirner fait œuvre de décrasseur, en enlevant minutieusement les saletés qui gênent le libre fonctionnement de notre individualité et qui nous font paraître sous un aspect qui n’est pas nôtre, dans sa deuxième partie, il nous montre ce que nous sommes lorsque nous sommes propres.

Il n’a pas l’intention de faire de nous quelque chose : il nous montre simplement les matériaux qui nous composent et ceux qui, à nos pieds, attendent leur mise en chantier, et il nous dit à peu près ceci : « N’attendez pas qu’un autre (idée, homme ou dieu) vous prenne en laisse ; qu’il vous accommode à la sauce qui lui convient à lui, et non qui vous convient à vous. Construisez-vous vous-mêmes. Que vos gestes soient vos gestes propres. Que votre pensée soit votre pensée propre. Soyez individu avec toute votre individualité. Quand vous serez vos maîtres, quand vous serez votre Dieu, votre Etat, vous pourrez penser à commercer avec les autres, non pas comme de nos jours en individus dépendant les uns des autres, mais en puissances autonomes qui traitent à leur gré avec telle ou telles autres puissances aux conditions que toutes deux ont librement discutées et librement acceptées.

C’est ce qui nous amène à la proposition de Stirner dont je parlais tout à l’heure et qui est « l’association ».
« Le but à atteindre, nous dit Stirner, n’est pas un autre Etat, mais l’Alliance, l’Union. »

En effet, nous ne pouvons donner vie à un autre Etat puisque : Etat implique Autorité, Supériorité, et que nous ne l’acceptons pas. Mais lorsque nous aurons pris conscience de notre puissance, nous allons nous apercevoir qu’elle n’est pas suffisante pour vaincre ou pour obtenir tout ce que notre individu désire. Il va falloir donc, dans le cadre de notre Moi, que nous cherchions des aides. Ces aides, qui vont avoir les mêmes besoins que Moi, vont être mes associés. Que va être cette association ? Je ne vais m’associer qu’avec la ou les puissances (soit le ou les individus) qui vont m’être utiles, qui vont désirer pour la même raison s’associer avec moi et qui vont augmenter ma force, ma possibilité de jouissance, en même temps que j’augmenterai la leur. Je ne m’associerai donc que lorsque j’aurai intérêt à m’associer et qu’avec ceux que j’aurai choisis. J’aurai toujours en outre la possibilité de me rétracter, c’est-à-dire de me désassocier, si moi ou mes associés ne répondons plus aux conditions de mon association.

Tout ceci, qui est vrai pour chaque membre de l’association, va représenter la principale différence existant entre cette dernière et la société actuelle : Etat, Nation, Famille, Religion, qui nous associent avant de naître, donc sans se soucier de notre avis et jusqu’à la mort sans possibilité de choix ni rétractation.
Stirner nous dit, parlant de l’associé : « S’il peut m’être utile, je consens à m’entendre, à m’associer avec lui pour que cet accord augmente ma force, pour que nos puissances réunies produisent plus que l’une d’elles ne pourrait faire isolément. Mais je ne vois dans cette réunion rien d’autre qu’une augmentation de ma force et je ne la conserve que tant qu’elle est ma force multipliée. Dans ce sens-là, elle est une Association. »
Il ajoutera plus loin : « Ce n’est que dans l’Association que votre unicité peut s’affirmer parce que l’Association ne vous possède pas, mais que vous la possédez et que vous vous servez d’elle.  »

Il explique cette phrase de la façon suivante : « Tu apportes dans l’Association toute ta puissance, toute ta richesse et tu t’y fais valoir ; dans la Société toi et ton activité êtes utilisés. Dans la première, tu vis en égoïste ; dans la deuxième, tu vis en homme, c’est-à-dire religieusement ; tu y travailles à la vigne du seigneur. Tu dois à la société tout ce que tu as, tu es son obligé et tu es obsédé de devoirs sociaux. A l’Association, tu ne dois rien ; elle te sert et tu la quittes sans scrupule dès que tu n’as plus d’avantages à en tirer. Si la société est plus forte que toi, tu la feras passer avant toi et tu t’en feras le serviteur ; l’Association est ton outil, ton arme, elle aiguise et multiplie ta force naturelle. L’Association n’existe que pour toi et par toi. La société, au contraire, te réclame comme son bien. La société se sert de toi et tu te sers de l’Association.  »

Bien entendu, pour m’associer, je vais être obligé de passer contrat, et ce contrat va représenter une restriction de ma liberté. Mais lorsque je suis seul avec ma seule puissance, aurai-je toute ma liberté ? Non : je ne pourrai faire que ce que ma puissance me permettra de faire. Si, par exemple, j’ai le vertige, je n’ai pas la liberté de me promener sur une planche à vingt mètres de haut.
Dans l’Association, lorsque j’accepte un contrat, c’est que je l’ai discuté et je ne l’accepte qu’en connaissance de cause ; les clauses qui comportent restrictions ne représentent pas un sacrifice, mais le résultat de mon impuissance. Tel est, de l’avis de Stirner, la seule Société où peut vivre et s’épanouir un Unique.

Voilà ce que, pour ma part, j’ai découvert dans l’œuvre de Stirner.

J’ajoute que je n’ai pas seulement fait que découvrir, mais que je m’y suis retrouvé. Stirner ne représente pas pour moi un directeur de conscience, mais l’écrivain qui, par son talent et son courage, par sa profonde psychologie et sa science sociologique, m’a permis de lever le voile sur certaines hésitations de mon individu.

René Saulière

Notes :

[1NDLR : Dans la 1ère brochure, de 1939, Editions Lucifer, 44 rue Fusterie Bordeaux, la préface est intitulée « Biographie » et son signataire est « Lucifer ».


Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28